Le Mécène

Fiction / super 16mm couleur - 1983 - 38 min

Pour se venger de l’amant de sa femme, Karl Helder se transforme en mécène : pendant plusieurs années, il lui achète toutes ses toiles qu’il détruit ensuite dans le plus grand secret.

 

FICTION
Année : 1983
Durée : Trente huit minutes
Support : Super 16mm couleur

« Le malheur c’est que l’on veut toujours rendre le provisoire définitif »
Roberto Rosselini

 

Distribution

Philippe Clevenot, Anne Wiazemsky, Jean-Louis Vitrac
Et Ben van Os, Joshka Schidlow, Joop Looijestijn

Scénario : Frédéric Compain, Jean-François Goyet, Gilles Taurand , Jacques Frenais

Texte dit par Pat Andrea

Image : Erwin Huppert
Cadreur : Thierry Tronchet
Son : François de Morant, Jean Minondo
Costumes : Pia Micha
Montage : Jean-François Goyet
Stagiaire : Michèle Gory
Mixage : Jean-Pierre Laforce
Assistante réalisateur : Joey Fare
Régie : Muike Leeuwenberg
Script : Aude de Laforcade
Maquillage : Michèle Tassi
Décors : Louise Blankevoort
Photographies : Alejandra Lutteral
Électriciens : Claude Hirsch, Robert Van Halphen
Musique originale : Groupe Lô (Geneviève Cabannes, Denis Cuniot, Luc Le Masne, Pierre Sauvageot)
Production : Les Films du Lagon bleu / Antenne 2
Producteur exécutif : Baudoin Capet

Tournage : Septembre 1983 à La Haye (Pays-Bas)

Diffusion sur Antenne 2

© Les Films du Lagon Bleu – 1983

Nous remercions : Cécile Hessels, Walter Nobbe, Lieske Van de Seype, Pierre Sterkx, Pulchri studio, Schilderkundig genootschap, Panorama Mesdag, te’s Gravenhage, hôtel de Minstreel (Sceveningen).

« Magistralement construit, ce film traite des rapports érotiques et aliénants qui s’instaurent par la pratique et le commerce de la peinture entre trois êtres qui auraient pu ne constituer qu’un triangle banal. Le réalisateur, dont la filmographie est déjà d’une grande richesse, fait preuve d’un sens plastique exceptionnel pour établir et faire évoluer les relations entre ses personnages, admirablement servi par les images d’Erwin Huppert, captant les couleurs et la lumière des Flandres. »

POSITIF

 

« Ce film est assez exceptionnel et fait partie d’une authentique œuvre de cinéma. Depuis 1974, Frédéric Compain n’a pas cessé de réaliser des courts, des moyens et des longs métrages. Il a à peine trente ans aujourd’hui et il a déjà signé douze films. « Le mécène » c’est d’abord un scénario très soigné, sur lequel ont travaillé quatre personnes, dont Gilles Taurand le scénariste d’André Téchiné pour “Hôtel des Amériques” et Jean-François Goyet scénariste de Jacques Doillon pour “La vie de famille”. Mais surtout « le mécène » est un jeu avec le cinéma : c’est le trio classique du mari, de la femme et de l’amant. Mais ici tout se passe comme si la mise en scène voulait attaquer, lutter contre l’histoire qu’elle met en place. Elle multiplie les points de vue sans rien altérer des passions. Elle est diablement intelligente, cette mise en scène et à mon avis elle bien partie pour constituer une véritable oeuvre de cinéma. »

ANTENNE 2 – Jean-Jacques Bernard

EnregistrerEnregistrer