Alain Robbe-Grillet

Documentaire / 1998 - 50 min

Portrait d’Alain Robbe-Grillet, “Pape du nouveau Roman”…

 

DOCUMENTAIRE
Année : 1998
Durée : Cinquante minutes

Dans la collection « un siècle d’écrivains »

Scénario : Frédéric Compain
Entretiens : Frédéric Compain
Montage : Jean-Paul Hertzog
Image : Pierre Boffety
Son : Jean Minondo
Texte dit par Frédéric Compain
Musique originale : John Cohen
Conformation : Antoine Deprez, Frédéric Maire
Mixage : Maryline Ferrez
Synthétiseur : Christine Schuler
Moyens techniques de post-production : France 3 Production Grand Est
Administrateur de production : Yves Quiniou

France 3 direction des Documentaires et Magazines : Patrick de Carolis

Un siècle d’écrivains, une collection dirigée par Bernard Rapp

Responsable de la collection : Françoise Mauro
Assistantes : Sophie Humarau, Maria Vallée
Coordination de la production : Marie-Dominique Bernoux, Frédérique Ginard, Fabiennne Pethe
Attachée de presse : Fabienne Borel
Dossier : Catherine Leschi
Producteur délégué : AMIP – Xavier Carniaux, Elisabeth Marliangeas, Fabrice Puchault
Assistante de production : Sandrine Sibiril

Avec la participation du Centre National de la Cinématographie et le soutien de la Procirep

Remerciements : Juan José Saer, Marie-France Pisier, Raoul Ruiz, Gemini Film, Musée du jeu de Paume, Editions de Minuit, Frank Verpillat, François Jost, Lycée du Raincy, Dominique Paini et Jacques Henric, Michel Boone, Lionel Arazi, Erwan Kerzanet.

Première diffusion : 5 Mai 1999, France 3

Tournage : Décembre 1998, en Normandie, Paris et Ouessant

© Amip / France 3 – 1999

« Un portrait inventif, excitant et ambigu… Humour et distance… On pense aux astuces de Peter Greenaway… Robbe-Grillet ne s’est pas simplement prêté à un documentaire sur lui-même. Avec Frédéric Compain, réalisateur inventif qui s’est intéressé à l’écrivain parce qu’il était aussi cinéaste, ils ont fabriqué un objet à facettes… Un jeu de pistes avec extraits de films remontés… excitant pour l’esprit… un autoportrait donné pour un portrait, où le portraituré manipule à son gré le narrateur-réalisateur. Un véritable essai, rare dans ce “Siècle d’écrivains” souvent compassé. »
Michel Contat – Le Monde

« Monsieur Robbe-Grillet fut volontaire pour le S.T.O en Allemagne… Ce film, qui semble avoir été tourné au garde-à-vous, renvoie à des époques et à des problèmes dont on a plus aucune idée… Le film de Frédéric Compain, en raison même de la ferveur qui l’imprègne et qui semble prolonger la visite de François Mitterand au Panthéon, souligne toute la vacuité de son sujet… Alain Robbe-Grillet serait-il à l’abri de toute grâce autant qu’un terroriste serbe l’est des bombardements aériens? …Même la suffisance que ce quasi-octogénaire étale aussi volontiers que sa barbe blanche à la Victor Hugo ne parvient pas à agacer… »
Angelo Rinaldi – Le Nouvel Observateur

« C’est pour mettre en lumière son audace, son originalité profonde, les versants les plus personnels et les moins commentés de son œuvre que Frédéric Compain a réalisé ce film… »
La rédaction du Nouvel Observateur

« Un document qui évite les habituels clichés… »
Télé 7 Jours

« Les agacements cèdent. Une curiosité nait, regardez quand le réalisateur emmène l’écrivain, après un voyage émouvant en train, jusqu’à l’île où il passait des vacances, enfant. Un portrait rare… »
François Granon – Télérama 

« Rencontre austère et singulière… »
Télé Star

« …du coup -et c’est beau – ce que Compain cherche à retrouver, c’est un homme. Tout au long de ce portrait il s’efforce de tenir “le pape du nouveau roman” par la barbichette, et cela frise parfois, pour notre plus grand bonheur, l’anicroche. “Mais vous cherchez la bagarre!” lance ainsi à son portraitiste l’écrivain qui s’y connait lui-même en caméra. A cet homme qui, par rapport à son oeuvre, semble toujours comme un roi en éxil, Compain cherche à trouver une terre d’accueil, une Palestine biographique. Ce sera Ouessant où le romancier traîne comme un fantôme en enfance. Mais le véritable royaume de Robbe-Grillet, Compain l’a peut-être trouvé par hasard, en filmant l’écrivain endormi dans un bateau. A on ne sait quoi, on sent que Robbe-Grillet dort vraiment. Le cirque est démonté. Les fauves sont au cerveau… »
Arnaud Viviant – Les Inrockuptibles

Sur le tournage de “Alain Robbe-Grillet” – Pierre Boffety

Extrait de “Alain Robbe-Grillet -collection «Un siècle d’écrivains»” sur Youtube

EnregistrerEnregistrer